Les mutuelles santé : une solution pour la couverture d’assurance maladie au Cameroun.

0
1999

Le mot « mutuelle » vient du latin mutuus, signifie réciproque ou qui s’échange. Il s’agit pour les membres d’une mutuelle santé de se soutenir mutuellement dans la maladie. Une notion de soutien que l’on retrouve très souvent dans les tontines communément appelé « Djangui ».

Les mutuelles de santé sont des organismes à but non lucratif dirigé par ses membres qui fonctionne sur la base de la solidarité et essentiellement au moyen des cotisations des membres pour la mutualisation du risque maladie ayant comme objectif d’améliorer l’accès de ses membres et de leurs familles à des soins de santé.

C’est une forme de tontine formalisée, après le développement de la microfinance au Cameroun. Peut-on espérer que ce type d’institution puisse prospérer pour subvenir aux besoins des Camerounais en quête d’une meilleure couverture santé ?

  1. Etats des lieux

Selon une étude réalisée par le BIT pour l’Afrique Centrale moins de 2% de la population bénéficie d’une assurance maladie. C’est pourquoi, le gouvernement et les acteurs de la vie publique se mobilisent pour améliorer cette situation. En 2017, le Ministère de la santé publique annonçait mettre en place un système de couverture santé pour tous d’ici quelques années. Toutefois, le Budget nécessaire risque fortement retarder cette ambition. A noter que, le syndicat des médecins du Cameroun (symec) a formulé dans un rapport transmis au gouvernement des pistes de solutions pour financer ce système.

  1. Quelques exemples de mutuelles au Cameroun

En attendant, dans un avenir incertain l’avènement de la couverture santé universelle, une alternative serait de promouvoir les systèmes mutualistes pour couvrir les soins de santé. A cet effet, il existe quelques initiatives à mettre en lumière pour ouvrir la voie au mouvement mutualiste de santé au Cameroun.

A titre d’exemple on peut citer, la mutuelle de santé ASIPES (Association Islamique pour la Promotion de l’Education et de la Santé). Il s’agit d’une initiative issue du programme d’appui au développement de la santé au Cameroun financé par la Direction suisse de la coopération. Créée en 1994, seuls les musulmans habitant le quartier Nylon situé à Douala pouvaient rejoindre cette association et bénéficier de ces services. Aujourd’hui, toute personne quelle que soit son appartenance religieuse peut y adhérer. En 2004, elle comptait environ 8000 membres. Les membres doivent cotiser une somme hebdomadaire de 50 FCFA.

Une autre initiative a salué nous vient de la Capitale du Cameroun Yaoundé : la MUSCONANY (La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé). C’est une association à but non lucratif qui œuvre au quotidien pour l’amélioration des conditions sanitaires des populations défavorisées de la ville de Yaoundé, à travers l’appui à la mise en place d’un mécanisme de financement collectif d’accès aux soins de santé de qualité. Elle a été créée en 2006 après concertation entre les communautés, les associations, les mairies.  Elle s’adresse principalement aux habitants des sept arrondissements de la Capitale. Elle compte environ près de 2800 individus issus de 500 familles et 40 associations.

On peut également citer des mutuelles de santé créées par des membres du corps médical comme la Clinique Saint André de Douala qui propose à ses patients l’adhésion à une mutuelle Santé. Les adhérents doivent verser une contribution annuelle de 15 000FCFA. Ils pourront bénéficier des prestations de santé dans les limites prévues par le règlement intérieur.

  1. Freins au développement des mutuelles au Cameroun et pistes de réflexion.

Malgré les efforts de promotion des mutuelles de santé au Cameroun, en 2010, selon les chiffres de PROMUSCAM (plateforme de promotion des mutuelles santé au Cameroun), on dénombrait seulement 158 mutuelles santé couvrant 251 062 bénéficiaires soit environ 1.3% de la population. Pourtant, la Stratégie du Secteur de la Santé (SSS) adoptée en juillet 2002, incluait la promotion et le développement de la mutualisation des risques comme une priorité. A cet effet, un plan stratégique national pour la promotion et le développement des mutuelles de santé avait également été adopté. Il visait la couverture d’au moins 40 % de la population d’ici à 2015 par des services de mutuelles de santé.

Dans un article intitulé « émergences des mutuelles de santé au Cameroun » publié sur Erudit en 2015 le professeur Jean Colbert Ndongo analyse les freins au développement de ce type d’organisation au Cameroun.

Tableau 1 : Freins au développement des mutuelles au Cameroun

1

Méfiance des ménages vis-à-vis des mutuelles de santé et des assureurs

2

Absence d’obligation d’assurance maladie qui en fait un produit de luxe

3

Ignorance des avantages des mécanismes assurantiels

4

Pauvreté et Montant élevé des primes d’adhésion et des cotisations annuelles

5

Forte prévalence de l’emploi dans le secteur informel (80,6%)
Source : Awomo Ndongo, J. (2015). « Émergence des mutuelles de santé au Cameroun. » Revue internationale de l’économie sociale, (336), 23–35. doi:10.7202/1030158ar

Le développement des réseaux de mutuelles de santé au Cameroun passe donc par l’amélioration des conditions de vie du citoyen lambda et la sensibilisation des populations sur l’assurance maladie.

About Post Author

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici