Les flux d’investissements entre pays africains analysés dans un rapport de la Banque Africaine de Développement

0
900

Les grands groupes mondiaux (multinationales) sont de plus en plus intéressé par le continent africain. Avec le développement de la classe moyenne, la croissance du PIB, l’amélioration des infrastructures et l’assainissement du climat des affaires dans la plupart des pays africains, les conditions sont favorables pour l’implantation de filiale ou succursale. Cependant, ces acteurs devront faire face à des concurrents bien implantés au niveau continentale et détenus à 100% par des africains. Certains de ces groupes s’illustrent sur le Continent. Dans son premier rapport sur l’état des lieux des investissements intra-africains, la Banque Africaine de développement (BAD) met en lumière l’importance des investissements de ces grands groupes africains dans le développement du continent. Que nous apprends ce rapport sur les investissements intra-africains ?

Investissements étrangers en chute, investissements intra-africains en hausse

Les investissements directs étrangers (IDE) en Afrique étaient estimés à 42 milliards de dollars en 2017 (Source : Rapport sur l’investissement dans le monde publié en juin 2018 par la CNUCED). Ces IDE sur le continent sont en baisse depuis 2015 à cause de la chute des cours du pétrole. Néanmoins, on constate que des pays plus avancés économiquement comme l’Afrique du Sud et le Maroc sont devenus de réelles partenaires de développement pour les pays moins avancés. D’après le rapport de la BAD, ces deux pays arrivent en tête des pays africains qui investissent sur le continent en nombre de projets.

Investissements Maroc-Afrique du sud en Afrique

Au cours de cette période, d’autres pays comme le Kenya, le Nigéria et l’ile Maurice sont devenus des partenaires financiers significatifs pour leurs voisins. Ces investissements se traduisent généralement en acquisitions d’entreprises par des multinationales africaines.

Quelles sont ces grandes entreprises africaines qui investissent massivement en Afrique ?

 L’Afrique compte 700 entreprises dont les revenues annuelles sont supérieures à 500 millions USD. Les multinationales africaines représentent 27% de ces entreprises. Elles se distinguent sur le continent par leur croissance rapide. Pour cela, elles ont une stratégie qui reposent sur : un business model flexible et adaptable, l’exploitation de talents et compétences locales, la construction de partenariat gagnant – gagnant. Le rapport de la BAD s’attarde sur 8 de ces principaux acteurs économiques : Attijariwafa, KCB Group, Nation Media Group, Ethiopian airlines Group, Standard Bank Group, CIEL Group, Dangote Group et Ecobank Group. Le tableau ci-dessous dresse un portrait rapide de ces acteurs.

Investissements multinationales africaines

Au cours des dernières années, ces entreprises ont continué leur expansion sur le continent. En effet, le groupe Attijariwafa poursuit le développement de son réseau de filiales au sein de l’Afrique Sub-saharienne, tandis que le Groupe Dangote a réussi l’implantation d’une Cimenterie au Cameroun en 2015.

Facteurs clés de succès dans l’investissement d’entreprise en Afrique selon la BAD

On constate donc une meilleure intégration des échanges sur le continent. La BAD qui milite pour la promotion des investissements intrarégionaux pour lutter contre les chocs extérieurs. C’est ainsi que dans ce Rapport sur les investissements intra-africains : premier aperçu , la BAD a énuméré quelques facteurs clés de succès pour les investissements intra-africains. (Voir graphique ci-dessous). L’objectif étant d’encourager les multinationales africaines à investir davantage sur le continent afin de favoriser la croissance.     Facteurs clés investissements intra africains
Investir en Afrique reste tout de même une grosse prise de risque. L’instabilité politique constitue un frein majeur. Entre 2015 – 2017, plusieurs pays ont fait face à des crises post-électorales. De plus, de nombreux mouvements rebelles et terroristes sévissent actuellement sur le continent. Certains pays notamment d’Afrique subsaharienne ont vu leur attractivité auprès des investisseurs se dégrader significativement. C’est pourquoi, une bonne connaissance du contexte du géopolitique et sécuritaire est un atout supplémentaire pour ces multinationales Africaines. La hausse de ces investissements intra-africains est tout de même un signe positif pour la coopération sud-sud.

Crédits image : Banque Africaine de développement

About Post Author

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici