Cameroun : vulgarisation la plateforme informatique du Comité National Economique et Financier (CNEF)

0
469

Née en 2013 de la volonté des pouvoirs publics de mutualiser et d’optimiser les données du secteur financier, la plateforme informatique du CNEF connait une campagne de vulgarisation depuis 25 août 2020. Sous les auspices du ministre camerounais des finances, Louis Paul Motaze, qui a menacé de sanctionner les agents économiques et les établissements de crédit récalcitrant à l’appropriation cet outil. Il a notamment rappelé ses objectifs et ses composantes.

Les objectifs de la plateforme CNEF

En effet, la mise en place du CNEF vise deux objectifs principaux. Outre la volonté des pouvoirs publics d’améliorer la transparence du secteur financier camerounais, c’est également la performance qui est visée.

S’agissant d’emblée de la recherche de transparence, il faut noter qu’il existe à la base, une obligation faite aux établissements de crédits et de micro-finances de télé-déclarer toutes leurs opérations dans la plateforme. Cette obligation a pour conséquence de favoriser l’attrait du grand public pour l’usage des moyens de paiements scripturaux et électroniques, de lutter contre l’asymétrie d’information entre prêteurs et emprunteurs ou encore de limiter le recours systématique aux garanties immobilières.

Pour ce qui est en outre de la performance, plusieurs experts sont unanimes sur le fait que le conditionnement de tout octroi de crédit et de délivrance d’instruments de paiement à la consultation préalable et systématique de la plateforme fera baisser le taux de créance en souffrance des établissements de crédit. Selon le ministre des finances, ces créances s’élevaient à une somme record de 554 milliards de FCFA en décembre 2019. 

Les composantes de la plateforme

Les composantes de la plateforme CNEF ont évolué depuis son origine. D’abord exclusivement entourée des trois outils que sont la Centrale des Incidents de Paiements, le Fichier Bancaire National des Entreprises et le Cadre d’Analyse et de Suivi des Établissements de Microfinance, la structuration de la plateforme a évolué. On peut ainsi dorénavant compter la Centrale des Risques des Établissements de Microfinance, le Répertoire National des Suretés Mobilières et l’application de calcul et d’archive du taux effectif global et du taux d’usure.

Par Erman TCHOUKEU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici