L’État du Cameroun : un bon débiteur sur le marché emprunts obligataires ?

0
471

Sur le marché de l’emprunt obligataire, l’appréciation de l’État du Cameroun, en tant que débiteur, reste mitigée. Si la violation des standards internationaux a quelques fois entachée son image, il n’en reste pas moins qu’il demeure un débiteur crédible compte tenu de son historique et des garanties de remboursement qu’il présente. 

Violation des standards internationaux

Concernant le domaine de l’emprunt obligataire, il est clair que l’État du Cameroun n’a toujours pas été en conformité avec les règles du marché. Ce constat a été fait en date du 19 octobre 2018 par la commission des marchés financiers (CMF) de la Cemac. « Le Cameroun reste l’un des rares pays où pour l’émission d’un emprunt obligataire, il est fait un recours à un contrat de marché public entre l’état et les prestataires pour la conduite de l’opération », regrette le gendarme des marchés financiers. Pour lever cette contrainte, la CMF recommande à l’État du Cameroun, pour ses émissions obligataires ultérieures, de s’en tenir uniquement à une « convention de mandat entre le ministre des finances et les prestataires sélectionnés » pour la conduite de ses émissions.

Garanties solides

Sur le marché de la Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (BVMAC) par exemple, l’État du Cameroun jouit d’une grande notoriété. Depuis 2010, le Cameroun a déjà procédé, sur ledit marché, à cinq émissions d’emprunts obligataires, qui ont toutes abouti à une levée de fonds supérieurs aux montants sollicités à la base. La dernière en date de 2018, ECMR 5,6% 2018-2023, avait notamment permis de lever 206 milliards de FCFA ; soit plus de 56 milliards des 150 milliards escomptés. 

En ce qui concerne les remboursements, le bilan du Cameroun est tout aussi flatteur. Outre le remboursement des trois premières émissions qui s’est déjà achevé, (ECMR 5,6% 2010-2015; ECMR 5,9% 2013-2018; ECMR 5,5% 2014-2019), il est a noté que le remboursement des deux derniers en date se poursuit sereinement. Pour le cas de l’emprunt obligataire baptisé « ECMR 5,5% Net 2016-2021 », le trésor public a même déjà annoncé, la mise à disposition, dès le 17 octobre 2020, d’une enveloppe de 45,7 milliards de FCFA à titre de remboursement partiel ; Ce qui portera donc le total à 102,7 milliards de FCFA à un an de l’échéance.

Par Erman TCHOUKEU

About Post Author

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici