Banque camerounaise des PME au Cameroun : quel bilan depuis la création ?

0
943

Créée en 2011, avec une ouverture des guichets au public le 20 juillet 2015, la Banque Camerounaise des petites et Moyennes Entreprises (BC-PME) connait une situation délicate depuis ses premières émissions. Malgré l’engouement observé dès les premiers jours et une nette progression des chiffres dans l’octroi de crédits, la BC-PME présente à nos jours un bilan fortement mitigé.  

Ouverture de comptes et octroi de crédits

Avec plus de 250 comptes ouverts dans ses livres par des PME, la BC-PME a connu un réel engouement à l’ouverture de ses guichets. Cet attrait s’est traduit par une nette progression des chiffres concernant l’octroi de crédits. Selon l’Institut National de la Statistique, le montant des crédits accordés par la BC-PME est en constante évolution. De 3,3 milliards de FCFA pour 377 bénéficiaires en 2016, ces chiffres sont successivement passés de 6,448 milliards de FCFA pour 787 bénéficiaires en 2017 à 12,367 milliards de FCFA pour 846 bénéficiaires à la fin 2018.

Support au secteur agricole

Face à la demande sans cesse grandissante des agriculteurs, la BC-PME a entrepris d’élargir ses attentes en mettant sur pied une ligne de crédit spécialement dédiée pour le financement des projets agricoles. Avec l’ouverture d’un guichet spécifique de 200 millions de FCFA pour l’encadrement et l’accompagnement des activités du secteur agricole, la BC-PME est venue combler une partie du vide laissée par la non-ouverture de la banque agricole, pourtant annoncée depuis une dizaine d’années.

Performances moroses

Alors que le tissu économique camerounais fait l’objet d’une représentation à hauteur de 95% par les PME, son principal support annoncé tarde à convaincre. En consultant le rapport 2019 de la commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR) sur les établissements publics au Cameroun, on constate que la BC-PME affiche un résultat net négatif depuis 2016. Dans le détail, c’est – 1,3 milliard de FCFA en 2016, – 1,15 milliard de FCFA en 2017 et -1,1 milliard de FCFA en 2018. À cela, il faut ajouter qu’à peine à peine 10% des crédits octroyés sont des crédits à moyen terme alors qu’en moyenne, 90% sont des crédits à court terme.

Contraintes administratives 

Les contraintes administratives rencontrées par la BC-PME depuis sa création sont nombreuses. Sur le plan de la gouvernance, outre la non-tenue régulière des sessions d’assemblée générale, le CTR cite également le non-respect de l’exhaustivité des normes prudentielles, notamment celles relatives à la représentation du capital minimum. Le constat de cette dernière infraction ayant été fait par la COBAC a conduit le ministre des finances à poser une réflexion sur sa restructuration en août 2018.

Par Erman TCHOUKEU

About Post Author

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici