Fériés : les entreprises Camerounaises sont-elles gagnantes ou perdantes ? 

0
546

Les jours fériés… s’il est clair que quelque part on les affectionne bien parce qu’ils constituent une sorte de congé payé, il faut dire que ces derniers ne sont pas toujours les bienvenus en réalité. Soyons francs. On voudrait bien s’en passer des fois, surtout lorsqu’on a des objectifs précis à atteindre et que “comme par magie”, ces derniers “tombent” les jours où on a des choses précises à faire.

La paralysie (ou le ralentissement) conséquente à ces fériés a pour effet de freiner quelque peu la réalisation de certaines tâches, et on s’en retrouve parfois bien mal. Quoi qu’il en soit, chaque médaille a bel et bien son revers, et on est forcé de faire avec.

Les jours fériés au Cameroun, ce qu’il en est

Officiellement, le Cameroun accepte 10 jours fériés au total. On peut considérer que c’est là une moyenne relativement acceptable si on considère le nombre de jours ouvrés sur l’année. On a tout de même des raisons de jaser, essentiellement à cause de leur répartition non homogène sur l’année (si seulement c’était possible). Le mois de Mai est le plus “sollicité”, avec, à lui seul, 4 jours fériés sur les 10 de l’année, en 2021 :

  • la fête du travail le 1er mai,
  • Aïd el-Fitr (bien qu’instable des fois) le 12 ou 13 mai,
  • l’ascension le 13 mai, et
  • la fête nationale le 20 mai

Avec ou sans l’Aïd el-Fitr, le mois de mai concentre 30 à 40% de l’ensemble des jours fériés de l’année. C’est dire que les entreprises le sentent passer, car, les jours fériés sont bel et bien payés !

Il faut savoir que si un jour ouvré est encadré par 2 jours non ouvrés (si le férié tombe le jeudi), bien souvent, le jour en question est considéré comme “pont”.

Les pratiques varient cependant en fonction des entreprises. Si pour certaines le jour férié est totalement chômé, pour d’autres, les travailleurs font une demi-journée. Mais encore, certaines fonctions essentielles ne connaissent tout simplement pas le férié. Ce serait notamment le cas des employés qui sont en travail de quarts, mais qui bénéficieraient tout de même de compensations de natures diverses.

Les jours fériés, finalement c’est bon pour l’entreprise ou pas ?

C’est une évidence je dirais presque. Ce qui est bon pour l’entreprise, c’est que les employés travaillent et produisent de la richesse. En soi, si le jour férié induit une cessation de travail, alors, il n’est pas bon pour l’entreprise.

L’absence de certaines personnes à leurs postes de travail induit l’impossibilité pour d’autres d’obtenir certains services, et donc, les ralentit. L’activité économique globale ralentit ces jours (même si côté brasseurs c’est plutôt l’inverse ^_^), mais ils ont toute leur importance. Le respect de ces jours démontre une volonté d’intégration réelle des valeurs des populations locales, mais aussi un respect réel pour ces dernières et pour leur histoire. Si on semble perdre en “argent” ce jour, il est certain qu’on gagne en confiance, en affection, en respect et même en réputation, ce qui, à terme, est bon pour le chiffre d’affaires.

Il serait donc naïf de dire de but en blanc que les jours fériés sont bons ou mauvais pour l’entreprise. Comme mentionné plus haut, chaque médaille a son revers, et si on sait bien y regarder, si on sait comment s’y prendre, on se rend bien compte que le revers de la médaille brille toujours autant que l’autre côté.

Alors, selon vous, les jours fériés sont bons ou mauvais ?

Par Paul Emmanuel NDJENG 

About Post Author

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici