Tendances digitales dans l’assurance au Cameroun

0
237

Le monde de l’assurance au Cameroun est facilement qualifié de fermé. Les chiffres actuels n’aident pas. On parle de moins de 2% de taux de pénétration en Afrique centrale. De plus, comme nous l’avons dit dans cet article, la communication de ces derniers est vraiment à améliorer. Cependant, les efforts que les entités du secteur (assureurs, agents généraux, courtiers…) font pour se rapprocher du camerounais moyen ne sont tout de même pas à ignorer.

En effet, si les évènements ne font pas toujours foule et ne sont pas souvent compris, il y a un langage qui peut être bien compris : ce qu’on appelle le digital.

Les assureurs ont pris la toile d’assaut

Même si on peut éventuellement remettre leurs stratégies web en question (quand il y en a), il n’en demeure pas moins qu’un effort réel est fait. Les assureurs ont définitivement pris la toile d’assaut sur le plan local. Entre réseaux sociaux, sites internet, applications, simulations et possibilités de souscription en ligne, chacun y va selon son ressenti.

On peut effectivement se demander pourquoi un tel rush, alors que les tentatives sur le terrain ne sont pas exemptes de tout reproche. Est-ce parce qu’il y a aujourd’hui un réel engouement pour la toile au Cameroun ?

Il faut savoir qu’en l’espace de 5 ans, les taux de pénétration d’internet en Afrique ont bénéficié de grands bonds qui mériteraient presque des acclamations. Au Cameroun aujourd’hui, on parle d’un taux de pénétration de plus de 30%, soit, plus de 6 millions de Camerounais se connectant régulièrement à internet, pour un besoin ou un autre.

Des produits encore plus localisés pour se rapprocher

Ce mouvement observé vers le numérique de la part des assureurs se fait en même temps que la mise sur le marché de plusieurs produits de type micro-assurance, par ces derniers. Mais encore, certains d’entre eux ont tissé des partenariats avec des opérateurs de téléphonie pour écouler ces produits correspondant autant que possible aux habitudes de consommation, aux habitudes professionnelles, et autres, du camerounais moyen.

On obtient ainsi des produits plus faciles à comprendre (comparé à ce qu’il en est souvent concernant les produits d’assurance) et donc plus facile à acheter. L’objectif de telles actions serait donc de diminuer l’opacité qui semble régner entre le milieu de l’assurance au Cameroun, et le camerounais moyen. Cependant, il reste bien à faire.

Les assureurs sur le digital : des actions pour quelle efficacité ?

En effet, si les actions en direction du digital sont effectives, il faut bien qu’elles soient efficaces. C’est pourquoi il ne suffit pas pour les assureurs d’y être, mais il faut des stratégies réelles et contextuelles, qui porteront des actions cohérentes sur la durée.

Avez-vous déjà été tenté par un produit d’assurance en ligne ? Que pensez-vous des efforts fournis par les assureurs au Cameroun ? Est-il possible de questionner la pertinence du rush des assureurs vers le digital au Cameroun, quand on sait que la grande majorité des personnes connectées ont moins de 30 ans ?

Les assureurs semblent définitivement vouloir être moins opaques, moins distants, moins mystérieux aux yeux du camerounais moyen. Les efforts actuellement consentis porteront-ils des fruits à court, moyen et long terme ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici